Transcription

Il n'ya que tres-pere de jours, Monsieur, que j'ai lu dans nos gazettes la nouvelle de second voyage vers la [pols?] antartique, que vous etes prel d'entreprendre. Ce defsein si grand, [al?] si magnanime a excite en mon ame un si grande envied etre de voltre compagnie, que pour ne pasperdre le temps a chercher des personnes, qui me [perpenl?] vous faire connoitre, et vous recommander, je me hate, tout inconneque je vous seis, de vous en [einre?] moi-meme. je neis Italien de nation : et j'ai ete oblige de quitter mapatrie, perceque le pape et le cherge m'onl soupconne [d'avoir?] einl certains livres, qui onl excite leur couvroux. je les ai einl en effet, el j'ai public entre autres le performe d'Italic etc, el les [reflexions?] d'un Italien etc, donl il esl fail mention dans le Monthly Review du mois de Fevrier de [cat?] [annee?] dans le meme article, [oi l'ou?] a fail la recension de la Tradection angloise de l'ou vrage de [ni?]. Zimmerman ser l'orgueil national. j'entends tous le livresan glois en prose, et je me flatte que dans en mois de temps tout au [plus?] je pournois entendre les discours de ceux qui parlenl, et me faire entendre a mon [four?]. j'en tends [arfri?] l'espagnol, et je le parle un pen : j'entends, et je parle moins le [glorheyais?]. j'ai traitre, et ehedie jusqu'a present l'ttishoire, la morale, les luix, et la [glolitique?]. Ce ne sonl pas la, a la verite, des sciences qui [puiperl?] servir a volre but. Cez pendanl j'espere que vous touvenez jeut-etre de m'employer de [fason?] qes je ne fefre

Current Status: 
Partially transcribed